fermer
image
image
image
Séances
Entrée Libre

UN MAUVAIS FILS

Claude Sautet
Cette soirée est dédiée à Eric Pittard, cinéaste originaire de Saint-Ouen (1953-2013)
France – 1980 – 1h50

Avec Patrick Dewaere, Yves Robert, Brigitte Fossey, Jacques Dufilho

Dans le cadre du projet « Ils ont fait la ville », cycle « La mémoire en question(s) », en partenariat avec le Service Municipal des Archives et de Périphérie

 

Après cinq années passées dans un pénitencier américain pour trafic et usage de drogue, Bruno revient à Paris. Son père, contremaître, lui fait porter la responsabilité de la mort de sa mère. Leurs rapports sont difficiles.

 

Les étiquettes sont réductrices et induisent parfois des contresens. Ainsi, Claude Sautet (1924-2000) serait le cinéaste des classes moyennes et de la bourgeoisie. Cela revient à omettre, comme l’a pointé le critique N.T. Binh, les ferrailleurs de Max et les ferrailleurs (1971), la bande de chômeurs de Mado (1976), les licenciements d’Une histoire simple (1978) et, surtout, Un mauvais fils (1980) et Quelques jours avec moi (1988). Dans Un mauvais fils, en partie tourné à Saint-Ouen, la classe ouvrière ne va pas au paradis, tout juste se remet-elle difficilement des paradis artificiels ou tente-t-elle d’échapper à la dégradation du travail manuel. René Calgani (Yves Robert), muré dans son silence et ses a priori, n’a pas su transmettre à son fils (Patrick Dewaere, poignant) certaines valeurs ouvrières, alors que les mobilisations collectives s’essoufflent. Seules la culture, la réappropriation du travail manuel,  une véritable communication entre le père et le fils peuvent éclaircir un quotidien grisâtre et un avenir en berne. Si Le dos au mur de Jean-Pierre Thorn, tourné dans la même ville et à la même époque, est un grand documentaire sur une grève ouvrière et certains types de militantismes (d’extrême gauche), il se pourrait bien qu’ Un mauvais fils, aussi amer mais moins rageur, peut-être plus lucide, soit (entre autres), un grand film sur la classe ouvrière, décrite comme muette et inquiète."

Tangui Perron, historien, chargé du Patrimoine à Périphérie (Extrait du livre-dvd Le dos au mur, 2007).

rencontre
cinéma
Mardi 03 Décembre 19:30
Entrée libre