fermer
image
image
image
image
image
image
image
image
image
image
Séances

THE THING

cineclub {vo} -12
John Carpenter
Etats-Unis, 1982, 1h48

Avec Kurt Russell, T.K. Carter, Wilford Brimley

INTERDIT AUX MOINS DE 12 ANS

 Sur une base de recherche scientifique américaine dans l’Antarctique, douze hommes vivent isolés et travaillent dans des conditions difficiles. Ils recueillent un chien de traîneau que cherchaient à abattre les membres survivants d’une station norvégienne. Le chien « accouche » bientôt de la « chose », capable de mimer l’apparence de tout être vivant.

 

Pour son premier film produit sous l’enseigne d’une major, la Universal, John Carpenter réalise le remake d’un classique de la science-fiction signé Christian Nyby et Howard Hawks (cinéaste modèle pour celui qui lui emprunta si souvent), adaptation d’une nouvelle de John W. Campbell (« La Bête d’un autre monde », 1934). Dans l’œuvre de 1951, la « chose » était anthropomorphe, dotée d’un corps propre et auto-régénérateur. Carpenter la transforme en une forme de vie métamorphe, capable d’imiter les corps – humains et animaux –, de les ingérer en s’y infiltrant et en s’appropriant de l’intérieur leur apparence. Dans ce désert blanc de l’Antarctique, ces vastes espaces invivables qui contraignent les hommes au huis-clos de la station scientifique, se déploie un grand récit paranoïaque mû par un changement quant à la nature de la peur : non plus « où est la chose ? » mais « qui est la chose ? ». Les métamorphoses de la créature induisent des inventions plastiques époustouflantes, l’investigation d’un bestiaire fantastique, l’inventaire des altérations monstrueuses et fascinantes de la nature (les hybridations de l’humain et de l’animal) et la mémoire – sans doute – des défigurations du peintre Francis Bacon.

Le film, depuis devenu culte, fut un échec amer à sa sortie. Il faut dire qu’elle coïncida avec celle de E.T. l’extraterrestre de Spielberg, qui offrait une représentation de l’altérité beaucoup plus rassurante donc acceptable. Carpenter fut bientôt écarté des studios, remisé dans la niche du « cinéma indépendant ». Car, comme il le dit lui-même : « en France, je suis un auteur ; en Allemagne, je suis un cinéaste. En Grande-Bretagne, je suis un réalisateur de film d'horreur. Aux États-Unis, je suis un raté ».

 

Fabienne Duszynski

 

« The Thing fait partie de ces chefs-d’œuvre intemporels dont on peine à retrouver l’essence dans les productions horrifiques de nos jours. Grâce à un scénario implacable bénéficiant d’une interprétation plus que parfaite et des effets-spéciaux toujours aussi impressionnants, le film de John Carpenter (Halloween ; L’Antre De La Folie ; Le Village Des Damnés), adaptation cinématographique la plus fidèle de la nouvelle de science-fiction Who Goes There ? de John W. Campbell, s’inscrit parmi les films d’épouvante les plus marquants de l’histoire du cinéma. » films-horreur.com

rencontre
cinéma
Vendredi 23 Octobre 20:30
Ciné-Club